Pour une autre politique de l'Habitat dans nos territoires

A l’occasion de son Assemblée Générale, le 10 juin 2016, et de la 4ème édition de la semaine nationale HLM, l’Association Régionale Auvergne organise un échange entre les bailleurs sociaux de l’Allier, l’Etat et les élus du département sur le Manifeste pour une autre politique de l’habitat dans les territoires dit « détendus » élaboré en 2015 par l’Association Régionale Auvergne de l‘Union Sociale pour l’Habitat avec les bailleurs de 4 autres régions.

Ckljmjdwyaae-vl_1_

Table ronde en présence de : Monsieur Alain COCHET – Préfet du Département de l’Allier, Monsieur Daniel DUGLERY – Président de la Communauté d’Agglomération de Montluçon, Monsieur Pierre-André PERISSOL – Président de la Communauté d’Agglomération de Moulins, Monsieur Frédéric Aguillera, Vice-Président de Vichy Val d'Allier, Madame Catherine CORTI –Vice Présidente Habitat du Conseil Départemental de l'Allier et Monsieur Frédéric PAUL - Délégué Général de l'Union Sociale pour l'Habitat.

Journaliste : Juliette MOYER - Crédit photo : Mathieu ROINJARD


Écoutez le podcast autour des territoires détendus :
https://rcf.fr/actualite/france-plongee-dans-les-territoires-detendus


Parole d'acteurs

Monsieur Alain Cochet - Préfet du département de l’Allier :

« Je partage les conclusions du Manifeste. Si les préoccupations de l’Etat sont sur les zones tendus, les petites et moyennes villes ont des besoins »

Monsieur Fréderic Aguillera -Vice-Président de Vichy Val d’Allier :

« Dans ce Manifeste, on parle de la question des territoires détendus. La spécificité de Vichy, c’est sa croissance démographique qui conduit la commune à être concernée par la loi SRU et ses 20% de logements sociaux. C’est 172 000 € de pénalités par an versés à l’Etat. Faut-il démolir le parc de logements social pour la commune ou produire les 800 logements sociaux pour répondre à la loi SRU. Comment dans ce contexte de « territoires détendus » retendre le marché de l’habitat ? »

« Pour retendre le marché, faut-il encourager le parc privé également à déconstruire ? La difficulté c’est en plus un territoire en ZPPAUP ! Faut-il démolir le parc social ? Comment faire ? Certainement une des pistes est de diversifier les modes de construction, via une OPAH (Opération Programmé d’Amélioration de l’Habitat), ou du conventionnement du parc privé sans travaux (effet d’aubaine). »

Monsieur Pierre-André Périssol - Président de la Communauté d’Agglomération de Moulins :

« Je félicite le monde Hlm qui dans ce manifeste se tourne vers l’avenir et aborde ce qui est différent et non abordé par ailleurs. Conclure par ne rien construire, ce serait tuer le territoire. »

« L’Union Sociale pour l’Habitat ose aborder la question de l’homogénéité, de l’uniformisation et des normes : un mal français. En 30 ans, si les revenus des français ont augmenté de 25%, les normes n’ont cessé d’augmenté en surenchérissant de fait le coût de la construction de 50% en individuel voir de 100% en logement collectif. Il faut ajuster les normes et les contraintes à ce que peuvent supporter les territoires. »

« Quelle solidarité des territoires : entre les territoires tendus où le foncier est très onéreux pour construire et les marchés détendus où le contribuable ne permet pas aux collectivités d’avoir des leviers d’actions fort sur la production. Et pourtant, le coût de l’emprunt pour un organisme HLM est le même que l’on soit en zone tendue (zone 1) ou en zone détendue (zone 3). »

« Sur nos territoires nous avons besoin de services et d’innovation : créer des liens et des interactions, pas seulement juxtaposer les publics. »

Monsieur Frédéric Paul, Délégué général de l’Union Sociale pour l’Habitat :

« Les acteurs ont mis du temps à prendre conscience de l’impact du phénomène de désindustrialisation sur des territoires qui représentent 50% du parc social et ont été le moteur du redémarrage économique après-guerre. »

« Cela interroge sur la conduite d’une politique pertinente d’aménagement des territoires. Le pays produit aujourd’hui des territoires à deux vitesses et se prive de richesse faute d’accès aux transports et au numérique suffisant. »

« L’Union Sociale pour l’Habitat a mis en place des moyens permettant de démolir et de reconfigurer le patrimoine via la mutualisation et des prêts hauts de bilan (2 Millions d’€) »

Madame Catherine Corti, Vice-Présidente Habitat du Conseil Départemental de l’Allier :

« Le département a eu du mal à parler de démolition, nous parlons aujourd’hui de déconstruction pour opérer un rééquilibrage de l’habitat sur le territoire et d’accompagner les locataires en place. »

Monsieur Daniel Dugléry, Président de la Communauté d’Agglomération de Montluçon :

« L’absence de politique d’aménagement pertinente a conduit à la désertification des petites communes. »

« Il faut adapter le parc de logement aux nouvelles réalités de nos territoires et agir sur le parc social qui est resté le même que celui des années 60-70 tout en ayant une démarche globale en intégrant la question de l’habitat privé qui se dégrade »

« La loi n’est pas adaptée à l’amélioration et la gestion des territoires détendus, nous devrions avoir un droit à l’expérimentation »